Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • ON ME DEMANDE MON AVIS …

    J’ai cru comprendre dans l’un  des  derniers  articles  d’Hélène Korwin qu’elle  souhaiterait mon avis. Je le lui donne volontiers après y  avoir mûrement réfléchi  ( quand même)

    Cependant l’espace réservé aux avis des lecteurs m’ayant paru un peu étroit  ( mais allez donc arrêter un bavard éminemment reconnu ! . . .) je préfère m’exprimer ici.

    J’ai toujours apprécié les romans – relativement courts chacun – réunis en un volume. Le total ne doit pas  dépasser un poids et un encombrement trop importants. Le format doit être un peu supérieur à celui des romans actuels.

    Mais quel plaisir au long de la lecture de pouvoir se reporter rapidement à tel passage un peu oublié pour bien reconstituer le fil de l’intrigue.

    Et ces 4 premiers romans forment un ensemble cohérent. Les personnages y évoluent dans un décor devenu très vite familier, et l’intrigue globale se déroule sans heurts.

    On pourrait suivre l’histoire de chacun tout au long du livre selon un itinéraire tracé d’avance : l’histoire de Colin, l’histoire des Marais, des rois, que sais-je. Un livre est fait pour être manipulé dans tous les sens, d’arrière en avant ou l’inverse au gré de chacun. On peut relire un chapitre oublié, rechercher un épisode, etc…

    J’aime aussi l’illustration. J’ai un goût marqué notamment pour les couvertures du »Sang d’Ervinal » et de « Fondations ». Elles me font rêver, me donnent envie de les déchiffrer. Je cherche la signification de chaque détail..
    Et ce serait agréable de les retrouver (celles-là ou d’autres) dans le corps de l’ouvrage.

    La couleur serait parfaite mais bien souvent les noires et blanc sont attirantes. On se représente les paysages ou les personnages suggérés. Cela donne à la lecture un plaisir supplémentaire non négligeable.

    Bref, vous m’avez compris, je suis tout à fait favorable à la réunion des 4 premiers tomes en un seul volume illustré de quelques aquarelles de l’auteur.

    Bon. Assez de louanges.

    Passons aux choses sérieuses :

    D’abord, la suite c’est pour quand ? ( Ca, c’est la question  à 100 zeuros.)

    Nous savons  - que Casmir en 2019 travaille sur un répondeur téléphonique et qu’il téléphonera aux Goths, sans doute pour leur demander leur programme des prochaines invasions.

    -Que nous retrouverons Casmir et quelques autres dans des situations difficiles.

    - que la police parisienne recherche activement certains rigolos ( qui ont abusé du téléphone peut-être)

    (Intermède : j’ai peut-être compris de travers les problèmes de Casmir, mélangeant ses aventures avec les démêlés téléphoniques de l’Auteur. Mais après tout, je suis encore en vacances !)

    Bref, nous restons sur notre faim pour la suite, et l’Auteur devrait savoir combien nous sommes insatiables.

    Certes nous savons bien que la création littéraire est  œuvre  de patience et de longueur de temps.

    Certes nous comprenons combien les événements futurs, les personnages, se bousculent et s’entrechoquent dans l’esprit de l’auteur, chacun d’eux voulant apparaître le premier sur le papier.

    Mais bon, nous essaierons de modérer notre impatience, nous ferons confiance à l’Auteur, nous lui transmettrons tous nos encouragements  ( vous me suivez, j’espère) et lui donnons l’assurance de notre patience attentive.

     

    A plus . . .