Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • LE RETOUR DE CASMIR

                            

    Allez ! Je vais me montrer grand seigneur. Une fois n’est pas coutume, comme aurait pu dire M. Pipelet, le concierge préféré d’Eugène Sue.

     

    Je vais vous reparler de Casmir. Après tout, c’est pour lui que j’ai été embauché, pas pour vous livrer mes élucubrations personnelles, aussi intéressantes soient-elles !

     

    J’ai trouvé dans la « rencontre », pour ne pas dire « pugilat » entre Colin et Norian, une émotion vraie qui va droit au cœur. La peine des deux héros est exposée dans un langage simple, très émouvant.

     

    Une réussite dans sa simplicité dont un auteur peut être fier.

     

    Puis nous respirons quelque temps. Nous assistons à l’anniversaire de Nyaée toujours muette, et où l’inénarrable Gnoll trouve encore moyen de se mettre en vedette.

     

    Mort de Merwin…retour du groupe Colin, Nyaée, Norian à Ervinal. Ce retour nous permet de nous remémorer, et en quelque sorte survoler les derniers événements.

     

    Nous sommes toujours dans une période de  calme. C’est nécessaire dans un récit : pourrions-nous supporter sans interruption des événements dramatiques ?

     

    Mais enfin, me direz-vous, on piétine ! Et cette pauvre Lucilla ( tiens ! il n’y a pas si longtemps, c’était une chipie ! Les Goths auraient-ils l’habitude de se contredire ou de raconter n’importe quoi ? Bien sûr que non !)   Lucilla est maintenant une Dame, la mère d’une bien  belle mais hélas ! muette enfant….

  • C'EST LA RENTREE

    C’est la rentrée !

    Pour tout le monde !

    Pendant ces vacances vous avez eu le temps de savourer Casmir, d’admirer ou déplorer ses aventures multiples.

    Il faut maintenant  attendre les prochains congés, ou plutôt le prochain volume pour connaître la suite. Heureusement pour vous, je suis là pour vous en donner une idée, et surtout, j’espère, le goût.

    Ne craignez pas, je vais m’appliquer dans les prochains jours à mes habituels commentaires de Casmir dès que les manuscrits me parviendront.(Et entre temps à mes élucubrations habituelles. Il est toujours très difficile de faire taire un bavard invétéré.)

     

    Mais en relisant mes copieuses pages précédentes, je m’aperçois que je parle tout seul ! Je vous donne mes avis (éclairés) sur Casmir, certes, mais en même temps j’ai le sentiment d’occuper beaucoup de place avec mes histoires personnelles, ma vie, mes lectures, comme si cela avait une chance de vous intéresser.

     

    Et mon but n’est pas de vous ennuyer (si cela devait arriver je me ferais étriper de la belle façon par notre auteur préféré !) mais de vous distraire et pourquoi pas vous instruire de quelques petites choses que vous pourriez ignorer. (On ne se refait pas, dans ma lointaine jeunesse j’étais enseignant ! Mais vous l’aviez sans doute deviné !)

     

    Il m’est donc venu une idée que je vous soumets : et si vous me faisiez part de vos avis sur Casmir, ou sur tout autre sujet qui vous intéresse, nous pourrions établir un dialogue à deux ou plusieurs, ce qui serait tout à fait intéressant. Et me permettrait sans doute de rester dans les limites que vous souhaitez, sans plus déborder dans des élucubrations plus ou moins savantes !

     

    Et je n’aurais plus l’air d’un prophète prêchant dans le désert. De toute façon, je ne porte pas la barbe !

     

    A plus….

     

    PS J’ai mijoté ce texte dernièrement, j’ai soumis l’idée à Hélène Korwin, et immédiatement elle a ouvert un blog vous permettant de m’écrire, ceci avant que j’aie le temps de vous informer. J’ai l’air de quoi, maintenant ? D’un vieux rabâcheur !